Dernier achat, trois masques de Sahab Koanda, artiste du Burkina-Faso, Ouagadougou

Sahab Koanda est né en 1971 à Tanghin-Dassouri, Burkina-Faso.
Artiste pluridisciplinaire et autodidacte, il vit et travaille à Ouagadougou au sein de l’Atelier Ka-Yiiri

Ces trois masques ont été créés en 2020.
Masque Guerrier
Fortement marqué par les images de Shaka Zulu feuilleton télévisé sud-africain de 1986 mettant en scène un héros de la lutte anti-coloniale du XIXe siècle, Sahab s’empare de la thématique guerrière. Il intègre à ce masque un fragment de porte en fer rouge, des cornes d’antilope et des fibres issues de sac de riz.

Masque Trait d’union
Ce masque arborant des cuillers rappelle qu’au moment des saisons on doit mettre en commun la nourriture pour honorer les ancêtres auprès du chef de la communauté. Chacun apporte ce qu’il a, qui du tô, qui du riz soumbala, qui du poulet…Le sens collectif doit toujours primer sur l’individu. « Une seule main ne peut pas ramasser la farine ». L’union fait la force.

Cuillères, bois sauvage récolté dans la forêt + fer récupéré d’un capot de moto, cornes, couvercle de bidon

Masque La réussite
Lorsque l’on se bat ensemble pour atteindre un objectif et que celui-ci est atteint alors on se réunit pour fêter cette réussite. On s’assoie et on consomme en commun. A la mode occidentale cela se concrétise avec des couverts. On ne relève pas un défi tout seul. Pour ce masque j’ai récupéré un morceau d’aluminium blanc provenant d’une moto et qui masquait la courroie de transmission.

Dernier achat, peinture scandinave

Markus Fredrik Steen GRØNVOLD (05 juillet 1845 à Bergen- 10 octobre 1929 à Salzbourg)
« Blomstereng med lekende barn » Huile/toile – 85 x 100 cm – 29/05/1917 Munich.

Grønvold naît le 5 juillet 1845 à Bergen. Il est le fils du vicaire Christian August Grønvold (1810-1889), et le frère du peintre Bernt Grønvold et de l’enseignant Didrik Grønvold et troisième cousin de Hans Aimar Mow Grønvold
Markus Grønvold a fait ses premières classes à Bergen et commence sa formation en art en 1864. Après avoir obtenu un premier diplôme en 1865 (Losting et l’École de dessin de Bergen), il part étudier à Copenhague (1866-1869 Weilbach) puis il est allé à Munich sous la direction de l’artiste Karl Piloty entre 1874 et 1877.
Il s’installe définitivement à Munich en 1881.

Ce tableau d’enfants nus jouant dans un champ de fleur reste encore pour moi un mystère dans sa signification. Il est construit sur plusieurs plans : le chien, les enfants, le berger et sa femme, la maison sous les arbres avec des cavaliers et autres personnages.
A quelle histoire, à quelle symbolique se rattache les deux derniers plans que l’on retrouve dans un autre tableau du même artiste ? Est-ce une histoire scandinave, germanique ?
J’aime cette pluralité de lecture possible, la qualité de la lumière, de l’exécution.